jeudi 10 octobre 2013

Les 13 desserts

D'Embrun, à Nice, en passant par Marseille chaque ville a sa propre variation des 13 desserts de Noël, quand ce n'est pas au sein de chaque famille!

Les treize desserts, ou calenos, présentés à la fin du repas de Noël, servi lors de la vigile de la fête de Noël font partie de la tradition provençale. Plus que la symbolique du nombre 13, qui leur a forgé leur identité provençale, les desserts du gros souper se rattachent à une tradition d'opulence commune à d'autres sociétés méditerranéennes. Au retour de la messe sur une table triplement nappée de blanc pour la Sainte Trinité, on dressait les 13 desserts. Autour de la symbolique de la Cène, Jésus entouré de ses Apôtres, la tradition interdit d'être 13 à table mais pas dans les plats!




La Catalogne célèbre Noël dans l'abondance avec touron, fruits secs, pâtisseries à base de pâte d'amande, de miel et d'épices. Le Languedoc a lui aussi adopté les treize desserts où la carthagène remplace le vin cuit. La tradition veut que, repas fini, tout soit laissé en place, y compris les miettes qui parsèment la table. Ces restes sont censés servir de nourriture aux esprits qui rôdent dans la maison et aux défunts de la famille.
Il est dur d'en dresser une liste, mais de cette tradition Provençale, il est quelques piliers et mille et une adaptations. La Pompe à l'huile, devient le "Gibassié" quand il est saupoudré de sucre et se rompt l'un comme l'autre comme le Christ a rompu le pain. "Li Pachichoi" ou les 4 mendiants sont 4 fruits secs symbolisant les ordres religieux : les noisettes pour les Augustins, les figues pour les Franciscains, les raisins pour les Dominicains, les amandes pour les Carmes. Le Nougat des Capucins, ancêtre du fruit déguisé est une figue farcie de noix. La datte entre dans la fête et il faut repérer le "O" sur son noyau que Marie ou l'Enfant Jésus suivant les versions aurait prononcé en voyant ce fruit. Voilà pour la thématique chrétienne, à cela s'ajoute les nougats blancs et noirs marquant le passage au solstice d'hiver, la nuit la plus longue de l'année. Enfin les fruits frais : les précieuses oranges de nos aïeuls, les mandarines et clémentines de Corse, les pommes et poires des Alpes, le melon Verdau (vert) que l'on conservait dans la paille tout l'hiver. Enfin à Apt les fruits confits, à Aix ses calissons, à Marseille les navettes et croquants, les pâtes d'amandes à Nice et les Bugnes… dans les Alpes de Haute-Provence. 

Aujourd'hui, on n'attend plus forcément minuit pour se régaler des 13 desserts.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire